L’histoire de la psychologie légale – 2

Revenons à l’année 1917, William Moulton Marston a créé le test de la tension artérielle systolique pour détecter le mensonge grâce à l’idée de sa femme, Elizabeth Holloway Marston en raison du lien entre la tension artérielle et l’acte de mentir.

Cette invention sert de base à la création de détecteur de mensonges qui avait effectivement commencé en 1904 en Allemagne, Autriche et Suisse mais les résultats ont été jugés insatisfaisants (in Canter & Žukauskienė, 2008).

Lire la suite « L’histoire de la psychologie légale – 2 »

L’histoire de la psychologie légale – 1

L’application de la psychologie légale a commencé depuis que la psychologie devint la science expérimentale à la fin de l’année 1800 (Doyle, 2005). La psychologie est effectivement entrée dans le champ judiciaire depuis James McKeen Cattel qui fit sa première étude sur la précision de témoins en 1893 dans son laboratoire à Colombia University à New York.

Trois ans après, Albert von Schrenck-Notzing, psychologue allemand, fut le premier à être sollicité par le tribunal de Munich dans l’affaire d’un homme qui a tué trois femmes. Cette affaire gagna l’attention des medias. Notzing a alors noté que les témoins peuvent former de faux souvenirs comme effets des reportages de medias (in Colman, 1995). Dès cette expérience, il est devenu l’un des premiers qui a questionné la fiabilité de la mémoire. Il a proposé une théorie nommée la falsification rétroactive de la mémoire.

Lire la suite « L’histoire de la psychologie légale – 1 »

Les formes de la rencontre entre psychologie et droit, les termes problématiques

Avec une croissance rapide dans des nombreuses actions que la psychologie a dans le champ judiciaire, il n’est pas facile de trouver des définitions ou des termes spécifiques et appropriés pour le mélange de ces deux disciplines.

Lire la suite « Les formes de la rencontre entre psychologie et droit, les termes problématiques »

Sous la pluie

Je suis là, le pays des droits de l’homme et de la femme, l’âme de l’Europe, le pays où René Descartes, Jacques Lacan, Jean Paul Sartre et mon philosophe préféré Simone de Beauvoir naquirent. Pourquoi suis-je là ? Je peux vous donner les raisons scientifiques pour répondre à cette question. Depuis que j’ai foulé le sol français pour la première fois, je suis douée pour équilibrer la dissonance cognitive qui ne me quitte plus. Au moins, c’est bien vrai, même si cela n’est pas la véritable raison.

Lire la suite « Sous la pluie »