Adieu, mon amour

Elle n’existe plus, la douce, la vulnérable

Elle te manque, un peu, beaucoup, énormément

Un sourire doux, un regard tendre 

Les yeux riants versant des larmes

Une soumission, une rébellion

Les petits doigts te caressaient

Les lèvres fines t’embrassaient

Passionnément, éperdument

Elle t’admirait, elle t’adorait, elle t’idolâtrait

Elle t’aimait de tout son cœur 

Elle se regarde aujourd’hui dans le miroir

Elle ne se reconnaît plus

Elle perd son âme

Dans une forêt noire

Elle ne pense pas à le récupérer, non

Elle est bien, là,

Dans le petit jardin de magnolias

Toujours un sourire doux et un regard tendre

A ses petits trésors

Lui donnent une raison de vivre 

D’aimer autrement

Éternellement

 

 

Merci à A. Varnier d’avoir corrigé ce texte 🐨

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :