Thêmata

Il s’agit du dernier travail de Moscovici. Si le concept de thêmata accentue le modèle sociogénétique, il associe d’autres modèles de manière intéressante. Déjà pour Moscovici, il connecte l’hypothèse du modèle structural et sociodynamique. Puis il séduit Markova qui l’incorpore dans le modèle dialogique. 

Le modèle structural, critiqué d’avoir ignoré la nature dynamique des représentations sociales, marque une grande contribution pour cette théorie. Il permet d’organiser le contenu d’une représentation afin de déceler sa structure. Cette structure est importante pour comprendre le phénomène de la transformation (du changement) des représentations sociales.   

D’un autre côté, le modèle socio dynamique, comme son appellation, embrasse la nature dynamique de la théorie des représentations sociales. Il se concentre sur les principes générateurs de représentations en s’appuyant sur le procès d’ancrage.

Moscovici trouve qu’il existe une certaine affinité/connexité entre l’hypothèse que les deux modèles apportent. L’une touche au problème du changement et l’autre au problème de la générativité. Selon lui, les deux hypothèses concernent en effet le même phénomène fondamental : celui de la formation et de l’évolution des représentations sociales. 

Il tient compte de l’importance de ces deux hypothèses autant fort que du lien profond entre cognition et communication, entre opérations mentales et opérations linguistiques. Parce que ajoute-il, la théorie des représentations sociales s’appuie sur ces notions pour pouvoir expliquer la formation et l’évolution de savoirs pratiques et des connaissances sociales ainsi que leur fonction sociale (p.32). 

Pour concrétiser ce lien, tout en prenant en considération les deux hypothèses, il propose un concept de thêmata qui permet également de répondre aux exigences d’analyse structurale. En vérité, dit Moscovici, il ouvrira aussi des possibilités d’analyse vers l’histoire des connaissances, l’anthropologie et la sémantique. 

Il évoque le concept de thêmata pour la première fois lors de “La première conférence internationale des représentations sociales” en 1992 au Ravello. En collaborant avec Vignaux, il a développé ce concept et l’a expliqué davantage dans l’article “Le Concept de Thêmata” (1994/2000). 

Themata dans la pensée scientifique 

Moscovici reconnaît s’être inspiré du travail sur themata de Gerald Holton, un physicien et philosophe des sciences. Holton qui voulait mettre en lumière l’origine de la pensée scientifique parvient au concept de thêmata.

Selon lui, la direction de la pensée scientifique est avant tout déterminée par des antinomies qu’il nomme thêmata. Il les décrit comme des idées préconçues ou présupposées ou comme il le déclare précisément : “des conceptions premières, au tréfonds de son être” (1981, p.8). 

Les thêmata prennent normalement la forme des dyades antithétiques. Holton mentionne quelques uns dans ses écrits: simplicité-complexité; réductionnisme-holisme; continuité-discontinuité; analyse-synthèse; permanence-changement; invariance-évolution; hiérarchie-unité.

Parfois les thêmata prennent également la forme triadique telle que constance/évolution/changement catastrophique (Liu, 2004). Selon Holton, les théories scientifiques évoluent grâce au mouvement dialectique engendré par la tension entre ces polarités opposées thêma-anti-thêma (in Lima, 2005). 

Les thêmata sont éléments basiques de la structure et du développement des sciences.Ils se concrétisent dans des concepts, des méthodes ou des propositions hypothétiques qui orientent les scientifiques dans leurs activités de recherche (in Lima, 2009).

Holton développe sa théorie de thêmata en faisant l’étude de cas de scientifiques en physique pendant l’histoire européenne. Il explore leur vie et leur développement scientifique. Il examine leur façon de penser dans toutes leurs théories.

A chaque cas, il arrive à trouver les thêmata : simplicité – complexité dans le travail de Mikulas Copernicus, analyse-synthèse chez Isaac Newton, symétrie-asymétrie d’Albert Einstein….

Dans son étude de l’histoire des sciences, Holton (in Liu, 2004) discerne qu’un petit nombre de themata joue un rôle extraordinaire qui inspire la pensée scientifique et produit des idées scientifiques. Les plus répandus et les plus actifs seraient une cinquantaine et le nombre total ne dépasse pas une centaine.

Ce nombre reste quasiment inchangé au cours des siècles. Un nouveau thème apparaît occasionnellement et un thêma disparaît très rarement selon son observation (1980). Dès qu’un thêma est apparu, il dure. 

Holton est persuadé d’avoir trouvé un nouveau thêma, complémentarité, lorsqu’il examine le travail de Nihl Bohr. Cependant, Bohr admet que c’est l’antinomie ancienne chinoise yin et yang qui amène Bohr à la complémentarité.

Cela peut annuler la découverte du nouveau thêma mais en même temps affirme que les thêmata sont de longue vie (Liu, 2004). Les thêmata présentent effectivement une remarquable stabilité. 

Photo : Pixabay

Révisé par Elisabeth P. Merci, ma chère maîtresse 😍

Veuillez trouver  « la théorie de représentations sociales » ci-joint.  REPRESENTATIONS SOCIALES-UNE INTRODUCTION

Un avis sur « Thêmata »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :