Critiques vers les représentations sociales

Lorsque Moscovici a présenté la théorie des représentations sociales pour la première fois, l’accueil a été mitigé. Il a emprunté la théorie de Durkheim sur les représentations collectives. Certains l’ont apprécié en disant qu’il a donné une nouvelle vie à cette théorie, d’autres ont considéré son ouvrage comme n’étant pas original.

Il a choisi la psychanalyse comme l’objet de représentations pour savoir comment le public appréhende ce sujet. En tant que représentation, la psychanalyse s’en trouve différente ; elle est transformée. Il n’est pas étonnant que les psychologues n’aient pas été convaincus, les sociologues ont cherché des défaillances méthodologiques et les psychanalystes en ont été mal à l’aise.

Toutefois la métamorphose de représentation collective à représentation sociale a aussi intrigué des chercheurs français. Dans cette théorie, les multiples faiblesses objets de critique sont devenus moteurs d’où une équipe a été créée pour l’approfondir.

Les nouvelles méthodes et techniques pour collecter et analyser les données ont été alors développées. Beaucoup de recherches ont été réalisées et les résultats ont été publiées. Les représentations sociales sont devenues un sujet dominant dans la psychologie sociale en France.

Cependant, il n’a pas été facile de conquérir les publics anglophones. Déjà pour la raison de langue, ceux ci ont appris tardivement la présence des représentations sociales. Moscovici a commencé à publier les articles en anglais à partir des années 1980. A ce moment là, il a reçu beaucoup des critiques dont un certain nombre qu’il considère des plus virulentes.

Il est intéressant de noter que les publics français et anglophones n’ont pas critiqué cette théorie dans la même perspective. Si les critiques en France se sont plutôt portées sur l’originalité et la méthodologie notamment les premières années après la publication, celles des pays anglophones se focalisent sur l’ambiguïté de la théorie.

Les anglophones reconnaissent l’importance des représentations sociales. Ils considèrent cette théorie comme un défi pour la dominante psychologie sociale américaine qui est individualiste, béhavioriste et expérimentale (in Corina Voelklein & Caroline Howarth, 2005 ).

Ironiquement, les critiques les plus dures portent notamment sur le manque de clarté de la théorie contrairement à la psychologie sociale américaine. La théorie des représentations sociales est jugée vague d’où mal définie. Potter et Litton (1988) déclarent que les représentations sociales ne méritent pas le statut de théorie ; elles sont un concept à la recherche d’une théorie.

Moscovici s’est défendu en affirmant que des concepts clairs et nettement définis n’ont jamais été à l’origine d’une science comme il a souvent été dit. Aucune science même la plus exacte ne procède de cette manière. Elle commence par rassembler, ordonner et distinguer des phénomènes qui étonnent tout le monde (Moscovici, p.65).

Pour lui, c’est mieux de travailler avec un cadre théorique mal définie mais qui rend les données intéressantes fructueuses qu’avec un programme hautement structuré et scientifique qui se prouvera morne et stérile. Il affirme que le caractère vague de la théorie des représentations sociales est délibéré (deliberate vagueness) pour faciliter le développement et l’élaboration de cette théorie (Moscovici, 1985, 1988).

Li Liu (2004) ayant une perspective plus objective, constate, qu’en effet, différencier les deux types de concepts a été un échec et a créé toutes ces confusions. Selon lui, on ne parle pas du même type de concept. Il se réfère à Brumer qui distingue le concept définitif et le concept sensibilisant (sensitising concept).

Le concept définitif réfère précisément à ce qui est commun dans une classe d’objets, par l’aide d’une définition claire en termes d’attributs ou des points de références. Cette définition et ces points de références sont les moyens d’identifier le cas individuel et le fondement de ce cas qui est couvert par le concept.

Le concept sensibilisant manque de spécifications d’attributs et de points de références. Par conséquent, il ne permet pas à l’utilisateur d’aller directement aux cas individuels et aux contenus relevants. Par contre, il apporte le sens général de référence et guidance pour approcher les cas empiriques.

Tandis que les concepts définitifs prescrivent les points à voir, les concepts sensibilisants ne suggèrent que des directions. Cependant, qu’un concept est sensibilisant et non définitif ne signifie pas qu’il est encore immature en tant que concept et ne montre pas son manque de précisions scientifiques (Blumer in Li Liu, 2014).

De ce point de vue, on pourra dire que les représentations sociales ne sont pas mal-définies. Elles sont simplement un concept sensibilisant. Moscovici lui même ne s’est jamais référé à la classification de concepts de Brumer lorsqu’il répond aux critiques sur le caractère vague de sa théorie. Or, il confirme avoir formulé et élaboré sa théorie sur l’épistémologie dialogique sur laquelle le concept sensibilisant s’applique.

Par ailleurs, les critiques de Jahoda, Potter et Litton se sont basées sur l’épistémologie monologique, qui analyse les phénomènes en termes de ce qu’ils sont et les définit dans leur totalité et leur perfection (Li, 2014). Le concept définitif s’applique sur l’épistémologie monologique.

Selon Li, quelle que soit la définition opérationnelle, elle présuppose l’épistémologie monologique et réfute en même temps l’épistémologie dialogique de la théorie des représentations sociales. Il estime tout de même qu’il est important de clarifier la théorie des représentations sociales pour que celle-ci ne risque pas d’être inconstante et de perdre sa spécificité.  

A télécharger : REPRESENTATIONS SOCIALES-UNE INTRODUCTION

 

6 commentaires sur « Critiques vers les représentations sociales »

    1. Merci 😊 J’ai découvert la théorie des représentations sociales il y a seulement quelques années. En explorant davantage cette théorie, j’admire de plus en plus les idées de Serge Moscovici.

      J'aime

      1. Bonjour Ester,
        Je connais moins Serge Moscovici. J’irai faire un tour par sa bibliothèque à l’occasion. Je vous souhaite un excellent week-end.
        John 😊

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :