Conseiller en insertion professionnelle

J’ai effectué une période de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP) sur le métier de conseiller en insertion professionnel (CIP) à Éducation et Formation du 18/03/2019 au 29/03/2019. J’ai de la chance d’avoir eu Mme. Dominique Dumesnil comme responsable de stage 😊

Cette PMSMP est effectivement une période très riche en apprentissage pour moi. En participant à l’Activ projet avec trois CIP, j’ai pu  : (a) constater trois différents styles d’accompagnements, (b) observer toutes les étapes de l’Activ projet de l’entretien initial au final, et (c) rencontrer le divers cas : les différents publics avec chacun leur profil (parcours, personnalités, compétences, aptitudes, attitudes, centre d’intérêts, valeurs professionnels, caractéristiques socio-économiques).

Dans cet article, je voudrais d’abord présenter ce métier d’après les explications de Mme. Dumesnil.

Autres appellations : Conseiller en emploi et en insertion socioprofessionnelle, consultant emploi formation, conseiller de pôle emploi, accompagnateur reconversion professionnelle, conseiller référent emploi (on peut trouver d’autres appellations sur le site de pôle emploi, fiche ROME code K1801).

Définition : Conseille et propose des actions d’accompagnement professionnel afin de favoriser l’emploi et l’insertion professionnelle des personnes. Peut vendre des prestations (de travail temporaire, d’out-placement, …) à des entreprises.

Accès à l’emploi métier

Cet emploi/métier est accessible à partir d’un diplôme de niveau Bac+2 (BTS, DUT, L2, …) en sciences humaines, économiques, sociales, … (à l’heure actuelle, formation FAIP ou CIP est souhaitée)

La connaissance de l’entreprise ou une expérience professionnelle peut être requise.

Des formations complémentaires (gestion de l’emploi, …) peuvent être requises.

Conditions d’exercice de l’activité

L’activité de cet emploi/métier s’exerce au sein d’organismes publics, consulaires, d’entreprises privées, d’associations, … en contact avec le public et en relation avec différents intervenants (partenaires, organismes de formation, …). L’activité varie selon la structure (mission locale, entreprise de travail temporaire, …), le type de prestation (placement, recrutement, …) et le public (cadres, jeunes, travailleurs handicapés, …).

Compétences de base

Ci-dessous, quelques compétences de base du métier de CIP (Dumesnil, 2019) :

  1. Accueillir la personne

Après s’être présenté, un CIP explique l’Activ projet au bénéficiaire, en commençant par l’objectif de cette prestation.

On peut commencer par demander à la personne : Activ projet, c’est quoi pour vous? C’est quoi l’orientation professionnelle? Pourquoi cette orientation est important pour vous? Qu’attendez vous de cet accompagnement? Etc.

Pour savoir expliquer Activ projet, il est donc indispensable pour un/une CIP d’avoir des connaissances sur cette prestation.

Activ projet est destiné pour construire un projet professionnel; confirmer ou définir un projet professionnel et surtout à apprendre à s’orienter soi-même. Cette prestation aide la personne à : (a) trouver un (des) métier (s) qui lui plaît, qui lui correspond ; (b) formaliser les choix, lever les obstacles qui pourront se présenter ; (c) construire un ou plusieurs plans d’action cohérent, réaliste et réalisable.

Il s’agit d’une prestation qui donne une méthode de construction du projet que l’on peut mobiliser à n’importe quel moment de la vie. Le but de l’Activ projet, c’est d’aider la personne à être autonome pour faire cet Activ projet pour elle-même. Pour cela, elle nécessite une réflexion sur la personne elle-même et son propre engagement pour s’investir.

Expliquer les étapes pour s’orienter (pour atteindre l’objectif d’Activ projet). Selon Mme Dumesnil, on peut procéder avec méthode Il faut savoir d’où on part, pour savoir où on peut aller. Cela passe par : (a) Connaissance de soi, (b) connaissance des secteurs d’activités et des métiers, (c) connaissance de la réalité de tissue socio-économique, et (d) connaissance du monde de l’entreprise.

La connaissance de soi englobe tous ce qui concernent la personne : compétences ( savoir, savoir faire, savoir être), centre d’intérêts, valeurs professionnels, points forts, points faibles, traits de personnalité, conditions de travail etc.

A partir de la connaissance de soi, la personne va explorer plusieurs pistes de métiers qui pourraient lui correspondre. Il existe plus de 3000 métiers, mais il manque de visibilité de ces métiers.

Puis il faut explorer plusieurs pistes de métiers afin de confirmer ou élargir des idées. Dans cette réflexion, il faut tenir compte la possibilité d’emploi, en découvrant les secteurs de métier qui recrutent.

Il faut prendre conscience de la réalité du tissue socio économique : on peut choisir le métier qui nous correspond, dans la limite des possibilités d’emploi qu’il amène.

Mme Dumesnil rappelle que le but réel du travail est de pouvoir gagner sa vie : je suis obligé de travailler, je veux choisir un métier parce que j’ai besoin de salaire. Ainsi, dans cette réflexion, la personne doit se poser la question si son projet professionnel a des débouchés, s’il est porteur d’emploi.

Si on récapitule, il y a quatre catégories d’activités exigées pendant l’Activ projet :

-Rechercher le plus d’informations possible sur chacun des points ci-dessus – donc explorer

-Analyser, trier, hiérarchiser – donc comprendre l’information

-Comparer, choisir, décider – se représenter son projet

-Agir, construire, planifier – plan d’action

  1. Renseigner la personne

On peut renseigner la personne à partir du moment où on a des connaissances sur les métiers, le droit du travail, contrat de travail, le marché du travail, droit de la formation, etc.

  1. Proposer des actions de formation, d’orientation, d’accompagnement

Si on estime que la personne n’est pas prête pour divers raisons (situation sociale, parcours, etc.), on doit connaître les différents dispositifs qui existent pour l’aider. Par exemple : PLIE, CAQ. Le but premier est que la personne devienne autonome, apprenne à se renseigner elle-même (auto orientation).

Cette compétence nécessite une capacité à travailler en partenariat.

  1. Définir un projet

La personne doit pouvoir choisir un projet qui correspond au profil, mais aussi faisable et réalisable. Dans le but de définir le projet professionnel de la personne, un/une CIP doit apprendre à la personne à utiliser ces outils de connaissance de soi.

L’un des outils que l’on peut utiliser, c’est le questionnaire qui décrit tous les cinq aspects de connaissance de soi : compétences, centres d’intérêt professionnels, valeurs professionnelles, conditions de travail souhaitées, traits de personnalité .

Dans cette étape, CIP doit faire comprendre à la personne si son idée n’est pas bonne : ne correspond pas à la personne, n’est pas faisable, n’est pas réalisable.

Il faut faire avec les méthodes pour voir tous les paramètres.

  1. Conseiller

On peut conseiller la personne à partir de moment où l’on a soi même des informations.

Plus la personne est informée, plus elle sera forte au travail.  

Y compris une capacité de visualiser, de lui donner des idées (d’outils, de recherche).  

  1. Identifier des axes d’évolutions  

Cette compétence consiste en deux analyses : (a) analyse des parcours. Un CIP doit savoir identifier l’évolution du parcours, identifier les besoins de la personne qui garantit son évolution : besoin d’informatique? compétences clés (lire, écrire, compter) ; (b) analyse d’évolution de carrière, pour renforcer l’employabilité de la personne

Par exemple, la personne sera plus forte, aura plus de poids dans le marché du travail avec un BTS qu’avec un Bac.

  1. Organiser des actions collectif

Créer un atelier groupe , il faut voir avec la responsable.

Décider du bien fondé de créer un atelier thématique en groupe avec l’accord du responsable.

  1. Définir des modalités de collaboration

C’est à dire définir comment on va collaborer avec l’équipe de travail, avec les partenaires. Un/une CIP doit fabriquer des réseaux : comment, avec qui, pourquoi?

  1. Actualiser la documentation professionnelle et réglementaire : toujours avoir une veille informatique
  2. Définir les besoins de formation
  3. Analyser un poste de travail

Nécessite de réfléchir, d’amener la personne à se remémorer en situation de travail sur les différents postes qu’elle a occupés, à fin de de déterminer :

  • Quelles sont les activités effectuées,
  • Les compétences utilisées,
  • L’environnement de travail rencontré,
  • Les connaissances nécessaires pour le poste, la/les formation (s) en lien avec le poste.

 

Un avis sur « Conseiller en insertion professionnelle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :